Catégories
IMP 140 Protection de l' Enfance

L’éffiloché…

Titre emprunté à http://www.lesbatisseursdepossibles.be

L’EFFILOCHÉ… HÉRITAGES, ATTACHEMENTS ET CONSTRUCTION PERSONNELLE

Comment se faire aimer, quand s’entremêlent les fils de l’histoire avec ceux que l’on tente de tisser aujourd’hui. Fidélités, prudences, vertiges…et résonances  

C’est au milieu des personnes en charge des soins que l’enfant se confronte à la première question existentielle.  

Comment s’y prendre pour être aimé. Question qui puise ses réponses dans  la permanence, la protection des soins quotidiens.  

Avec son équipement , il observe le monde qui l’entoure. De son fonctionnement il tire les premières leçons. Quelques-unes deviendront des “croyances”. Celles-ci filtreront, orienteront ses intérêts, ses rencontres, les idées qu’il se fait de lui-même et des autres.

Dans un milieu serein, stable il découvrira l’amour inconditionnel, “Tu es aimé tu n’as rien à faire de particulier pour cela, il te suffit d’être”

Dans un climat anxiogène, au hasard de ses observations, il s’installera dans des conduites qui le ménagent, qui lui procurent quelques retombées, positives ou négatives, des contacts froids et peut-être même violents. La discrétion dans la manifestation de ses besoins lui permettra peut-être d’éviter des coups, “moins je demande, moins je suis vivant plus j’ai de chances de recevoir des soins” ou, “le soin ne vient que si je crie, que je hurle” J’évoque ici un héritage qui ne se reçoit pas mais qui se construit par des tentatives plus ou moins heureuses aux effets plus ou moins structurants, aimants ou destructeurs.  

Sous cet angle il ne s’agit pas d’un acquis transmis mais d’une construction psychique précoce qui sera déterminante pour les pas suivants.

Les analystes transactionnels évoquent un ensemble de “décisions” prises par le petit en quête d’adaptation à l’entourage dans lequel il est projeté avec plus moins de chances. Ce regard sort du concept de l’héritage. Ces psychothérapeutes aideront la personne à retrouver le contexte et le contenu de ces décisions et soutiendront chez elle un travail de redécision. Une rencontre qui rend le pouvoir à la personne qui consulte. Dans sa rencontre avec le petit en soi, qui dans un contexte donné a pris ces décisions pour sa survie. Les ”erreurs de pensées” qu’il aurait pu commettre méritent la compassion à l’égard de cette personne qu’elle est devenue aujourd’hui et qui tente de mettre du confort dans sa vie.  La thérapie dans ce cas s’appuie sur l’ “intelligence” qu’eut en son temps l’enfant pour grandir dans son monde. Revisiter croyances et décisions, redécisions élargiront le champ des possibles de la personne, l’aideront à aller vers des personnes qui ne seront plus choisies pour leurs possibilités de confirmer le système de croyances limitant, construit précocement.  L’héritage familial est aussi cette façon de s’encostumer des attributs caractériels, philosophiques… d’un adulte en charge des soins, mère, père, accueillants familiaux, éducateurs… avec l’intention de rétablir un “équilibre”, hostile ou aimant, qui participe à l’unité du groupe habité. Un héritage qui se construira forcément sur une négation partielle de soi. Elle le rattrapera plus tard dans une forme qui n’est pas lui, qui lui collera à la peau Avec l’aide d’une rencontre psychothérapeutique, il essaiera de s’en défaire.  

C’est encore ce moment où l’enfant s’accommodera d’une absence, d’un manque. Un arrangement qui ne supprimera jamais l’attente de l’être “manquant” (au sens où l’utilisait Guy Corneau). Un manque banalisé qui déviera la personne du manque par une quête infructueuse, dans la répétition de souffrance connue et maîtrisée. Là s’insinue le ressentiment tel que développé par Cynthia Fleury dans “Ci git l’amer”. Il installe chez la personne un processus de carence qui devient  un bouclier contre le bonheur. Le ressentiment est alors utilisé comme un “fétiche indispensable pour supporter la réalité” (C. Fleury).

L’art de la relation d’aide  consistera, entre autres, à ne pas entrer dans ce système de croyances limitant, à éviter de répondre aux invitations symbiotique, scénariques auxquelles la personne attire l’intervenant soucieux de l’aider. Les attitudes contretransférentielles des éducateurs, des psy… deviendraient  des confirmations de ce que bien inconsciemment la personne tente de maintenir en l’état comme système de croyances.  (Homéostasie)

Là, intervient l’institution qui emploie le travailleur social ou le psychothérapeute. Parce qu’à cet instant il pourrait bien glisser dans les « résonances » (Elkaim)

La série psy télévisée à admirablement montré comment le psy risque de devenir partenaire de son client. Le rejetant, s’en approchant “trop” ou mal… la superviseuse, fait tiers. L’un et l’autre, même s’ils se combattent, savent que ce passage est tout à la fois humain et normal, et que l’exercice de cette tiercité est techniquement et éthiquement nécessaire à la relation soignante, aidante.

Les familles de la protection de l’enfance que j’accompagne dans le cadre de guidance familiale mérite que l’institution mandatée pour les “suivre” exerce cette indispensable tiercité. Parce qu’elle est ainsi garante  du soin apporté à la famille qu’un magistrat lui confie et parce que le personnel qu’elle emploie doit être protégé du risque de s’enfermer dans les résonances, dans les invitations symbiotiques des familles. Le risque est que le TS entretienne à son insu  l’homéostasie à laquelle l’invite la famille, auquel cas nous devons nous attendre à des placements de longues durées, soit, le travailleur social se prépare au burn out. Le turn over dans les équipes ASE et AEMO en témoignent.  

La quête d’innovation, vécue comme incessante par les équipes sociales, ressemble à de l’agitation pour juguler les angoisses des acteurs de la protection de l’enfance.  

Mettre dans les priorités de l’institution l’exercice de la tiercité en son sein rencontre les résistances tant des cadres que des intervenants. Il s’agit d’un changement de culture institutionnelle qui bouleverse les rapports sociaux habituels.

Une telle vue demande une formation des cadres capables de s’ouvrir à cette dimension de la relation d’aide et une reconnaissance des agents d’opérer mieux, grâce aux regards bientraitants des pairs.

Rencontrant les familles d’enfants placés dans un contexte de co-formation parents/pro, je sais combien les relations ont tendance à s’inverser. Les familles restent dans la méfiance et développent de l’expertise à ressentir, deviner, diagnostiquer les besoins de l’intervenant désigné pour les suivre, grâce à quoi elles se donnent l’impression de donner les réponses attendues. Elles s’illusionnent ainsi sur un raccourcissement de la peine qu’elles endurent tandis que l’intervenant s’illusionne sur la qualité de confiance qu’il établit avec la famille.  Ces questions seront prioritaires dans la culture d’intervision qu’il convient d’installer dans les institutions, services et intervenants qui opèrent en protection de l’enfance.

La culture prend place dans cette construction. Sa forme traditionnelle subit les ravages de 

“l’évolution frénétique” (Jean François Simonin), via les technosciences, la modernité, les GAFAM… qui s’imposent très tôt dans la vie des enfants et particulièrement des ados qui doivent se construire dans un monde qui se détruit. La construction de valeurs ne suit pas le rythme de la modernité qui s’en trouve peu  contenue. Les résultats de la fuite en avant de cette modernité sont devenus visibles, ils sont dominés par l’exploitation des ressources et la production de biens. Depuis longtemps le GIEC déclare que nous allons droit dans le mur. Ce que nous méconnaissons dans une forme de suicidarité mondiale faute de penser et de réguler les modernités. 250 % d’augmentation est le chiffre d’augmentation des consultations (Dr V.Delvenne 2020-2021, pédopsychiâtre, chef d’hôpital à Bruxelles et Professeur). Nous devons aussi penser cette question d’héritage,  en la situant dans ce contexte de mondialisation. 4/10 des ados interrogés mettent en question l’idée d’avoir des enfants !  

Comme accompagnants, TS, thérapeutes nous devons penser les symptômes dans ce nouveau contexte et  penser les réponses dans un cercle élargi aux familles et aux écoles.

Luc Fouarge

Une image contenant table

Description générée automatiquement

https://www.calameo.com/accounts/1089972 pour le Power Point

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.