Accueil

arbre…il pleure dans les bras de sa mère, il sent dans son dos le regard de son père qu’il devine désapprobateur. Il se replie. Les gestes de sa mère ne donnent plus le réconfort… le droit à son enfance s’éteint… il a 10 ans… il se traine vers ce statut d’homme fort…il n’ a pas pu voir l’étincelle dans les yeux de son père qui semblait se réjouir de le voir prendre ce qu’il s’était interdit quand mourant le grand père dit à son fils de 8 ans. « Ne pleure pas fils » 

Cette scène se déroule dans le salon de mon bureau. Il s’était assis dans le 2 places entre son père et sa mère. Je soutiens le décodage qu’ils en font, j’écoute les liens avec l’histoire de la famille, il ne sont pas avares de leurs associations, ils se découvrent plein de sollicitude. Le père se dit ému se gardant bien de le montrer, la mère est très sensible à cette redécouverte, le fils s’étonne de susciter tant d’échanges, de recherches d’approbations entre ses parents. Ils se surprennent d’ être si loquaces. Pendant que je poursuis cette conversation il se lève pour explorer l’espace comme pour dire, « vous êtes dans le bon, continuez…  » . Ils se réjouissent qu’on se fixe un nouveau rendez-vous. Ils partent laissant un climat de bonheur envahir mon bureau. Ils me quittent tout en ayant l’air de vouloir rester.

Mes yeux peuvent voir ce qu’ils ne peuvent voir d’eux mêmes mais qui existe, enfoui chez eux. Le fils ne peut voir l’étincelle dans les yeux du père mais je peux dire ce que je vois pour qu’ils en fassent quelque chose de neuf dans les rapports enfermants qu’ils nourrissent, à leur insu, quotidiennement.

Oui, bien sur…au bout de tout ça , un peu plus de liberté…prend la place de la souffrance.

     

Rue Saint Jacques, 15 – 6530 Thuin                                                                     Plan   cliquer –> +32 475 62 67 80                     et sur Linkedin