Déclin de la pensée politique

Le fonds de commerce des partis se réduit, tant, qu’il ne devient possible de se vendre que sur des conflits. C’est dans la faillite de la pensée sur le vivre ensemble que s’originent les tergiversations actuelles. Les fondamentaux  (catholiques, ouvriéristes et libéraux) ne sont plus les moteurs de la nécessité de voter. Oui mais, quoi, dès lors? Des fonds de tiroirs de vieilles rancœurs pour camoufler l’incapacité de discourir sue le vivre ensemble. Etonnant au pays des surréalistes de constater une telle pauvreté. Les postures, le vocabulaire, les indignations feintes …dont tentent de se parer les politiques et leurs commentateurs n’émeuvent plus le public. La peur, par contre, se vend toujours bien. Nous devons compter sur des mouvements d’éducation pour aider le public à construire les pensées que ne produisent plus les politiques. C’est pour cela que les blogs se multiplient. Il est urgent que « penser la vie » alimente la politique et non l’inverse. Nous le constatons aussi dans la faillite des débats gauche/droite en France.

 

Cet article a été publié dans Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.