La consigne au service du soin

« Enoncer la règle cadre le trop, borde le vide… » Jean Cournut

 

En institution, l’éducatif et le soin se développe à partir du collectif. Se pose la question du respect et de l’application des consignes élaborées dans le collectif.

D’emblée la question du sens de la consigne se pose. Nos interventions visent à ce que le jeune prenne la mesure de son importance à travers la qualité de l’environnement que nous lui offrons et de la qualité de la relation éducative.  Nous nous posons en tant que prestataire d’un service auprès du jeune. Il est question d’un geste professionnel qui se situe dans le don. Notre public peu enclin à recevoir le don nous renvoi  bien souvent dans les cordes de « l’impossible éducatif ». En effet le jeune caractériel décourage bien souvent ce projet pour alimenter la « répétition scénarique » tout autant qu’il lutte contre toute tentative de proximité. Ce « rejet » du don est difficile à vivre d’autant qu’il est un élément moteur de l’identité de l’éducateur. Sans la présence d’un tiers bienveillant l’éducateur sortira difficilement de cette impasse. La question du transfert s’immisce dans cette rencontre dans laquelle l’éducatif voudrait apporter à l’enfant la protection indispensable à l’intégration de nouvelles « habilités ». Face à cet « impossible » il n’est pas rare que l’éducateur méconnaisse[1] la consigne ou sa transgression.

Soutenir  l’éducateur dans l’application de la consigne et dans le rappel du sens nécessite donc beaucoup de bienveillance au regard de cet «impossible ». S’il existe un espace d’accueil pour les succès et les échecs de l’éducateur dans cet instant,  les conduites d’évitement de l’éducateur face à l’énergie que réclame la mise en œuvre des consignes pourraient bien diminuer. L’évaluation de la compétence éducative ne sera pas mesurée à l’aune du respect de la consigne mais bien à la capacité de l’éducateur d’en révéler le sens. Il consiste à aider le jeune à prendre la mesure de l’importance qu’il a à nos yeux. Sous cet angle, le rapport à la consigne devient un élément constitutif de la clinique éducative. La résistance consisterait à ne l’envisager que sous l’angle du contrôle.

Luc Fouarge


[1] Méconnaissance : processus actif et non conscient de non connaissance

Cet article a été publié dans IMP 140. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s