« tu es le bienvenu avec toutes tes émotions. »

Chez le nourrisson en détresse qui semble prisonnier d’émotions répétitives, ressenties comme destructrices,  toutes hypothèses organiques étant écartées, le maintient physique maternel aimant semble être apaisant. Un maintient qui contient, au cours duquel la maman ne se laisse pas avoir mal et ne se laisse pas aller à faire mal.

 

Chez l’enfant plus grand, cette image chaleureuse d’enveloppement pourrait bien se transformer dans un combat dont le ressort serait que l’un des deux perde, abandonne, s’enfuie, détruise.

Les soignants sont tentés de penser que cet enfant, à ce moment, est en proie à des rages destructrices dont on pourrait penser qu’elles sont de natures suicidaire et/ou homicidaire.

Les thérapies du maintient, de la contention contractuelle, de l’enveloppement, du « bonding » ne peuvent être apaisantes que si le lien est augmenté. Dans ces interventions toutes les sécurités doivent être prises pour que le lien ne cède pas. Il s’exprime par la voix, le langage, le toucher. Ce qui veut dire que personne, ni le soigné ni le soignant, ne peut en sortir que dans un sentiment où l’attachement est grandi.

« Contenir » c’est offrir le lien, l’attachement qui autorise l’expression de l’émotion de quelques natures qu’elle soit, et qui garantit qu’au bout du chemin, le soignant est là :  aimant et protecteur de lui et de l’autre.

 

Ce temps se prémunit des risques de toutes violences. La pression exercée doit être protection, sécurité physique et psychologique. Un temps qui ne permet pas à l’enfant de « voler » des confirmations que le monde lui serait hostile. Un temps où la traversée du désespoir, de la rage est soutenu par plusieurs personnes que rien d’autre que cet instant ne peut distraire de cette mission de protection. Un temps où aucun parmi  les personnes engagées dans cet instant contenant ne s’éclipse ou disparaît si faible soit sa participation active à l’intervention.

Ce temps qui encourage la traversée émotionnelle traduite dans l’action, le mouvement nécessite que personne n’abandonne et qu’à son terme, cette action soit accueillie par le lien, l’affection, l’amour.

Il est question de manifester présence et attention, là où l’émotion ne peut encore se dire. Sans aucune équivoque, il s’agit de répondre de son engagement lorsque l’on déclare : tu es le bienvenu avec toutes tes émotions.

Et surtout celles qui t’effrayent le plus et alimentent tes angoisses indicibles.

Ces interventions  deviendront thérapeutiques si la parole qui accompagne le geste prend le pas sur l’agir.

 

Chez l’adolescent, le nombre de personnes actives dans ce processus doit augmenter se rappelant qu’aucune d’elle ne peut disparaître. Ce qui entretiendrait la peur que la puissance de l’émotion de la personne au travail est encore destructrice.

Au lieu de cela, ces accompagnants sont là, aimants et reconnaissants de la confiance qui leur est faite.

Cela réduit donc le nombre de services d’éducation et de soins susceptibles de garantir que le geste se situe dans le soin. Un soin élaboré où chacun sait la place qu’il occupe, les mots qui conviennent aux maux que les soignants contiennent, c’est à dire qu’ils accueillent dans la protection et la sécurité infaillible et aimante.

 

Cela fait tant de conditions que je crains que l’usage du packing si l’on ne veut pas qu’il alimente les torpeurs, s’il s’agit bien de cela, pourrait bien être impossible à pratiquer. Elaborer sur le packing comme réponse aux autismes fut une erreur. S’il entre dans les moyens d’accueil de la personne, c’est parce qu’il permet d’apporter du soin à des enfants, des personnes en proie à des explosions émotionnelles qui alimentent, aujourd’hui, des angoisses archaïques.

 

Le nouveau-né de Georges de la TourMere enfant

Cet article a été publié dans IMP 140. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s