L’épi-scénario

Un autre compréhension du fonctionnement psychologique des personnalités dites « pervers narcissique ».

En lutte contre un système qu’elle perçoit comme hostile, elle entre dans une complicité avec une employée. Celle-ci, honorée ne perçoit pas qu’elle est sous emprise. Elle est invitée à mettre en œuvre des conduites vindicatives à l’égard dudit système.

Encouragée dans cette voie par la première, nourrie par cette reconnaissance elle pourrait bien commettre des actes qui lui seront défavorables. Elle agit « à la place » de la première. Elle en serait le bras armé.

 

Cet épisode d’épi-scénario est bien décrit par l’analyse transactionnelle d’Eric Berne.

Le scénario est ce plan de vie que nous construisons très tôt dans la vie de façon inconsciente sur base de ce que nous entendons, percevons, interprêtons. Cette construction est inconsciente. Elle nous limite dans notre rapport au monde. Ce scénario filtre les éléments de la réalité qui ne contribuent pas à sa réalisation. Il nous conduit à « préférer » la construction de liens avec des personnes qui contribueront à nous faire progresser dans ce scénario limitant.

L’épi-scénario est la mise en œuvre de ces conduites par personne interposée. Celle-ci accomplira la démarche scénarique de la première et en subit les conséquences.

Il m’apparaît que cette mécanique relationnelle inconsciente dans le chef des personnes qui en sont partenaires entre bien dans la compréhension de certaines personnalités dite « pervers narcissique ». « Repérée » cette personne lachera la seconde. Les effets sur cette dernière peuvent se limiter à des désagréments émotionnels … mais peuvent conduire jusqu’à la décompensation qui la conduira jusqu’à des soins psychiatriques.

 

Dans l’actualité je ne peux m’empêcher d’associer cette réflexion à ces jeunes « radicalisés » qui, pour partie, sont peut être passés à l’acte, conduis par cette mécanique infernale. Parallèlement à la sanction indispensable, un travail sur leur scénario sera indispensable si l’on veut qu’ils touchent l’empathie, l’altérité et une construction d’une morale personnelle qui puisse peut-être les réintégrer.

Luc Fouarge

Cet article a été publié dans Société. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s