Les jeunes convoquent la transversalité

Particulièrement les jeunes définis en « situation complexe ».

Leurs besoins spécifiques relèvent conjointement des champs du handicap, de l’AAJ et de la Santé Mentale.

Ces secteurs peinent à travailler de façon concertée en raison de leur appartenance à des tutelles différentes. Les politiques d’accompagnement de ces jeunes doivent être pensées et opérationalisées de façon transversaleavec les parents, les écoles, les secteurs de l’AAJ, de l’AVIQ et de la santé mentale,des hôpitaux. 

Les réponses originales indispensables, nécessaires qu’exigent les jeunes en situation complexe nécessitent des mises en commun de moyens, de réglementations[1]. Desprotocoles co-construitsavec ces secteurs devraient permettre d’organiser le TENIR pour « contenir ».

Mais la transversalité a un coût. La pratique de réseau est aussi chronophage qu’elle n’est incontournable. Les attentes nouvelles, adressées à ces services par la mise en oeuvre de pratiques systémiques n’ont pas fait l’objet d’un subventionnement qui puisse les mettre en oeuvre. Les fonctions de liaison sont exercées au détriment d’autres actions indispensables, ou négligées faute de subventions.

SRJ et ITEP exercent dans des modalités différentes. En résidentiel, en séquentiel, à domicile. Le subventionnement de ces modalités nécessiterait une adaptation pour une plus grande souplesse encore que l’apport de la subvention par points en Wallonie. Celle-ci, dans ses intentions, ambitionnait de répondre aux besoins de la personne plus qu’à l’application de normes. Mais cette révolution ne pris en compte que la valeur de la journée, complète ou pas, de samedi ou de dimanche, faisant fi de la lourdeur[2]de prise en compte de troubles psychiques dont les manifestations exigent de déployer des disponibilités très nettement accrues : collaboration avec un hôpital, déscolarisation, troubles du comportement nécessitant une double présence…

Pour d’évidents motifs éthiques, économiques, cliniques, le travail avec les familles nécessite des interventions qualifiées. Elles n’ont pas fait l’objet de révision de la  subvention. Les concepts récemment mis en avant en cette matière nous demandent de soutenir le « Pouvoir d’agir[3] » des familles. Ce qui limitera le temps de séjour hors des familles.

Ces nouvelles approches font sortir nos collaborateurs des murs des services. Ceci demande une actualisation permanente de leurs formations et des temps de travail d’élaborations en partenariats avec les services d’autres secteurs.

De façon générale, l’encadrement des jeunes, en famille, à l’école montre un affaiblissement quasi généralisé de la « contenance ». Les accueils résidentiels de jadis ne sont plus en soi une solution. Ils perdent en « capacité contenante ». Des jeunes de service For K[4], d’institutions pédopsychiatriques se font exclure sous prétexte qu’ils n’adhèrent pas assez au traitement. Dans d’autres services, ils sont poussés dehors au nom de « il ne prend rien ».[5]

La position d’observateur privilégié de la société que nous confère notre mission nous place en situation d’exiger des politiques, des administrations de renoncer à des réglementations qui affecteraient les services d’un secteur voisin. 

Nous n’assurons pas une  « prise en charge » de jeunes et de familles en souffrance et trop souvent en grande précarité, nous assurons  une « prise en compte » de situations de vie complexes grâce et dans un réseau de nombreux professionnels…réseau qui  lui aussi est en attente de la part des politiques d’une prise en compte de ses besoins spécifiques. 

Luc Fouarge

Concept adopté par les Jardins pour Tous cfr Travail de Virginie Bellefroid sur ce lien:

https://www.aviq.be/handicap/pdf/documentation/publications/presentations/2013-03-29/VB%2029%20mars%202013%20synthèse-ACCOK.pdf



[1]GT AWIPH Jeunes et transversalité https://lucfouarge.com/2017/02/09/jeunesse-et-transversalites-rapport-gt-awiq-2007/

[2]Etude de Pascal Minnotte, chercheur au CRéSaM

[3]Empowerment   et la convention de Fribourg qui soutient le Pouvoir d’agir des citoyens

[4]Hospitalisation pedopsychiâtrique pour jeunes qualifiés délinquants

[5]https://lucfouarge.com/2016/04/30/il-ne-prend-rien-2/

Cet article a été publié dans IMP 140, Protection de l' Enfance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.