Catégories
Protection de l' Enfance

Protection de l’ Enfance – Que cache l’incasable…

Incasable ne parle pas de ces jeunes, ce n’est pas un diagnostic. 

Incasable désigne l’incapacité des adultes, des professionnels, des institutions à travailler de façon transversale, dans l’ interdisciplinarité et l’interinstitutionnalité. 

L’incasabilité nomme la difficulté de co-construire entre les champs de l’éducation, de la santé mentale, de la justice, de la protection de l’enfance… soulageons les jeunes de cette étiquette qui en font des patients désignés de carences politiques.

Sortir du processus d’ « incasabilisitation » nécessite un changement de culture dans les professions de la protection de l’enfance. Les différents opérateurs doivent découvrir comment les partenaires pourraient augmenter leurs chances de succès. 

Quels sont nos complémentarités ?

De quelle façon puis-je soutenir l’action des partenaires ?

Quels sont mes besoins et attentes de ce partenariat ? 

Si l’un de ceux-ci active cette chaîne, depuis le Magistrat jusqu’à l’ AEMO-R, en passant par l’ASE, le CMP, les institutions d’accueil, les acteurs de santé mentale, l’école et….surtout la famille et le jeune, une réflexion nouvelle pourra s’appuyer sur les compétences de la famille.

Rien, sur le plan réglementaire, ne s’y oppose, ce sont le plus souvent des facteurs de la sphère « équation personnelle » qui empêchent la mise sur pied de cette rencontre. 

Face à des situations anxiogènes pour les professionnels nous constatons des replis stratégiques devenant des habitudes de travail, des soumissions…qui se déguiseront  en procédures réglementaires. 

La co-construction n’est même pas envisageable.

Mille et une raisons privent les professionnels de s’asseoir pour penser ensemble, avec les personnes concernées  les besoins de celles-ci. Le temps, l’énergie  sont érigés en obstacles. 

Cela entraîne chez l’ « usager » une disqualification de son pouvoir d’agir.  Il s’installe dans la soumission.                     

Parfois l’apparente passivité de ceux-ci est jugée et place désormais le professionnel dans une position haute, position d’inefficacité, souvent sans qu’il ne le conscientise. Il est fréquent que les dits usagers poussent les professionnels dans cette position. Comme un « contrat secret » que l’on ignore car il nous met en cause, parce qu’il touche à nos résonances. 

Se profilant ainsi, l’échec est externalisé. Le partenaire est disqualifié , l’absence de co-construction laisse peu d’espoir à l’édification du pouvoir d’agir de la famille, du jeune. 

Les professionnels s’agitent et se mettent en quête du canon qui tuera la mouche, et le vendredi fin de journée  le dernier professionnel concerné se met à chercher une case où mettre le jeune.  Ou, en fin d’audience, le travailleur social a endossé la charge de vendre un projet de placement qui aurait l’air de satisfaire chacun.

« Traité » d’incasable, le jeune en endossera le costume, les tentatives de placement échoueront.

La question du sens des démarches de cette chaine n’est pas partagée. La recherche d’une case devient l’objectif du travail social. 

Le changement culturel évoqué aidera les opérateurs à sortir de cette volonté de réussir leurs propres  objectifs, il ciblera  le pouvoir d’agir des personnes concernées, il cessera de penser son action dans l’autoréférencement. Dans cette culture, on veillera à se mettre au service de la co-construction d’un protocole d’aide et d’accompagnement  dont symboliquement chacun est signataire. Les approches concertées…clinique de la concertation, conférences familiales, accès aux droits culturels sont des pratiques qui tricotent du lien, dans une humanité, une citoyenneté ou les uns ne prennent pas le pouvoir sur les autres. 

Ces réflexions sur la « protection de l’enfance clinique » doivent être validées, soutenues par les administrations et les politiques qui relèvent de départements différents.                         Les politiques de protection de l’enfance ne réussiront que si elles sont pensées dans la transversalité, l’inter-institutionnalité et interdisciplinarité, chacun considérant les conditions de succès de l’autre.  Luc Fouarge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.