Catégories
IMP 140 Non classé Protection de l' Enfance

Institutionite, affections iatrogènes

Quand l’« institutionnalisation » devient symptômes.

Quand le corset se resserre pour protéger la machine institutionnelle. 

Si cette question fait l’objet d’un travail permanent dans le service d’accueil et d’hébergement d’adultes porteurs de handicap mental, d’enfants placés, dans les secteurs du psychomédicosocial et/où de la protection de l’enfance ou vous travaillez, alors inutile de lire cet article.

Ici, nous évoquons les dégâts que causent ce phénomène de dérives institutionnelles non-évaluées comme telles. La personne « institutionnalisée » s’adapte, se sur-adapte à une culture institutionnelle abandonnant ainsi une partie de son potentiel de croissance. Nous verrons que symétriquement il en va de même pour le personnel. Écoutons déjà le vocabulaire « admis » dans le service pour adultes qui, par exemple, évoquera les filles, les garçons, les gars et les gamins… voilà déjà les personnes minimisées, même si vous y trouvez des accents gentils. Les voilà confirmées d’entrée de jeu dans une réduction de ce qu’elles sont et le personnel situé dans une posture d’autorité. Les filles et les gars perdent le statut de personne, elles sont d’une autre catégorie, elles perdent ce qu’elles ont de commun avec les intervenants, d’être des personnes. Les uns et les autres se figeront dans cette posture. La rencontre sera inégalitaire, dans une recherche de maintenir le connu, dans l’évitement de la recherche d’un soi nouveau. Ainsi se cristallise l’institution dans une homéostasie « tranquillisante ». 

Tranquillisante parce qu’elle prolonge le vécu antérieur de la personne, le passé reprend forme avec les nouvelles personnes qu’elle rencontre, comme dans un tango qui les harmonise sur le non-changement. Et voilà que les soumissions, les humiliations et si besoin en est les violences perdurent et maintiennent dans le connu, dans le contrôlable.

Ce qui s’est inscrit précédemment comme symptôme, ce qui freine le développement harmonieux, ce qui fait partie de l’économie relationnelle, le prix de « j’existe à tes yeux » se réinscrit insidieusement dans les relations à l’intérieur de l’institution. Si ce processus sans doute inconscient s’installe c’est sans doute parce que cette dimension systémique est tue parce qu’elle force de tranquillisant. 

C’est dans l’exercice d’une responsabilité partagée avec la personne, sa famille, l’institution avec son évaluation interne et externe (les auditeurs de l’administration) que ce risque, très humain, pourra être minimisé et que pourra se libérer le pouvoir d’agir des uns et des autres, assurant ainsi la croissance des personnes accueillies et des personnes à qui on les confie. En arrière-fond, la quête de sens, celle-là même qui, absente, conduira aux omertas, aux burnout, aux violences… et dans une douleur, exprimée ou non, dans une quête dérisoire d’être reconnu. C’est sans doute dans cet espace qu’il sera utile de comprendre l’absentéisme et les défections.

Dans cette optique, nous observons comment s’installe cette forme de symétrie entre les accueillants et les personnes, entre les familles et l’institution, avec le regard sans doute discret d’une administration assaillie par les doléances sur les moyens qu’elle peut mettre à disposition des services. Une symétrie qui résulte d’un accord secret sur le maintien en l’état des potentialités de ceux qui travaillent ou séjournent dans le service.

S’y joue, de façon inconsciente, le maintien de la personne dans le service. Pour des raisons économiques parfois, et pour assurer un accueil « paisible » le plus souvent. Cela pourrait priver la personne d’accéder à une unité de vie qui pourrait l’amener à développer davantage de compétences.

Ces services, en ce y compris les familles, font peu appel aux groupes d’autoreprésentation qui existent hors des services dans le secteur associatif. Les échanges, les prises de paroles, les prises de conscience dans ces groupes pourraient y faire naître des désirs de se développer, de s’augmenter et ainsi entrainer des questionnements, des bouleversements dans le service et dans la dynamique familiale. 

A la symétrie évoquée s’ajoutent les difficultés dans la mise en œuvre de l’inter-disciplinarité dans le service. Comme dans les conflits dans la famille, dans le couple, il n’est pas rare que les éducateurs fassent obstruction aux regards des autres disciplines dans leur service et…vice et versa, dans des conflictualités « sourdes » dont les uns sont responsables au regard des autres. L’exercice de la tiercité, le regard croisé sont freinés, chacun cultivant dans son coin ses certitudes. Ainsi, l’éducateur, le psychologue se trouvent privés du regard tiers que son équipe, son institution, les services partenaires pourraient exercer sur eux. 

Dans un tel climat, il sera bien difficile d’élaborer un projet personnalisé du service au profit d’une personne. Chacun justifiant, bien inconsciemment sans doute le renoncement à grandir, à sortir de sa zone de confort.

C’est alors que le corset enveloppant la personne se resserre. La disqualification des potentialités de créer du nouveau par la personne, soutenue par une équipe s’éteindra, elle s’installera pour le confort de tous dans une forme de « chronicisation », « institutionnalisation » pour le confort du personnel, de la personne et de sa famille, les « choses restant en l’état ».

Nous évoquions le vocabulaire utilisé pour s’adresser aux personnes. Insidieusement, d’autres attitudes confirmeront celles-ci dans une forme d’intérêt à retenir l’expression de leurs ressources, dit plus simplement, elles y entendront que la mise en sourdine de leurs désirs et besoins est de bon aloi.

Aux toilettes des pensionnaires, les rouleaux de papier toilettes ont été supprimés, peut-être parce que l’une ou l’autre personne en faisait mauvais usage, gaspillage, bouchage des WC… les voilà donc contraintes, toutes adultes qu’elles soient, d’aller solliciter une ration de papier auprès d’un autre adulte identifié membre de l’équipe ! oui, c’est dans le détail que se cache l’humiliation qui « asservira » la personne. 

Un pensionnaire, dans une bousculade à l’entrée du réfectoire, se fait reprendre comme un petit turbulent par un de ces adultes pro qui expriment durement, en haussant le ton comme pour se garantir l’autorité nécessaire pour « accueillir » la centaine de personnes qui s’y précipite. Et voilà un des rares moments de plaisirs de la vie institutionnelle devenu éprouvant. Mais cette dernière personne compte bien se faire entendre, un début d’escalade dans le ton et le choix des mots débute. Le chef educteur dont les consignes au personnel sont rigides s’approche et fait taire la personne par un coup placé au plexus qui fait taire la personne. Le calme revient illico, et les jeunes éducateurs du service se tairont sur cet exercice d’autorité lors de la prochaine réunion. Peut-être même y verront-ils l’exemple de ce qu’il convient de pratiquer à l’égard de certaines de ces personnes pour que le troupeau s’avance calmement vers son assiette. Pour quelques personnes, c’est la gorge serrée qu’elles déglutiront.

Ainsi le service, ici dominé par une culture éducative transmise par un ancien, fort d’années d’expérience crée un climat aux allures paisible dans un climat de frayeur.

Ces exemples de quotidienneté, camouflée derrière des mots et des gestes infantilisant se retrouvent autant dans des collectifs d’adultes que dans des services destinés aux enfants. Les gros bras régissent l’ambiance sans avoir à hausser le ton… et tout le monde sera bien gardé.

Familles, auditeurs externes n’ont pas accès à ces modes opératoires qui opèrent dans la culture institutionnelle. Il est évident que dans la structure les choses ont été nommées tout autrement, « le bénéficiaire étant bien sûr au cœur des préoccupations de l’institution ».

Dans ces services dont nous espérons qu’ils se fassent rares il n’existe pas de lieu d’échanges, d’évaluation interne, de liberté de paroles qui permettraient que la mesure en soit prise et que les cadres soient en mesure d’apporter les aides dont les équipes ont besoin pour que soient épargnées les personnes. Cette privation d’expression existe autant du côté des personnes que du côté des adultes « encadrants ». Il manque de regards extérieurs, il manque de cette qualité d’échanges que pourraient s’offrir les professionnels, signalant dans la bienveillance que tel ou tel est en difficulté pour aborder telle problématique. Privées de ses regards dans la bonneveillance le personnel retourne chez lui bien des fois en apprenant petit à petit à taire ce qu’il observe pour lui et/ou pour son collègue. Des dérapages malsains s’installent insidieusement, et chacun s’y adapte. 

Cette adaptation limitante devient symptôme, tant côté personnel que chez les personnes accueillies. Une « alliance » secrète entre famille, personne, personnel, institution… risque de nous maintenir dans le non-changement.

Luc Fouarge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.